María Íñigo

Chercheuse, conservatrice et professeure adjointe à l’Université ouverte de Catalogne et maître de conférences associée à Central Saint Martins (Université des Arts de Londres). Elle a obtenu son doctorat à l’Université Complutense de Madrid (Espagne). Ses recherches portent sur la colonisation, la conservation, la muséologie, la modernité et ses inventions de l’altérité, de l’intraduisible et de l’art en Amérique latine, avec une attention particulière pour l’art brésilien. Íñigo a été co-fondatrice du groupe de recherche indépendant Peninsula, procesos coloniales y prácticas artísticas y curatoriales, en collaboration avec le Musée National Central d’Art Reina Sofía. Elle a été chercheuse invitée à l’Afterall Research Center (2016-17), ainsi que pour le projet Meeting Margins du CRHA : Transnational Art in Europe & Latin America 1950-1978 (Université d’Essex et Université des Arts de Londres), et boursière pour un contrat postdoctoral à l’Université de São Paulo (FAPESP). Elle a beaucoup écrit pour des publications telles que e-flux, Third Text, Afterall, Versión/sur, Revista de Occidente, Lugar Común, Stedelijk Museum Journal, Museum of Art of São Paulo, Frans Hals Museum/De Hallen Haarlem, Valiz, L’international European Frame project et le Reina Sofía Museum, entre autres. Íñigo a été le rédacteur en chef du numéro 7 (2017) de la revue bilingue Re-visiones, intitulé : « Is it possible to decolonize? The South as interlocution ». Cette année, elle co-dirige la revue Art in Translation, éditée par l’Université d’Édimbourg (Taylor & Francis/Routledge), sur la culture visuelle et l’art espagnol pendant le franquisme. Ces dernières années, elle a présenté son travail lors de conférences en tant qu’oratrice invitée à la Whitechapel Gallery (Londres), à Nottingham Contemporary, au MACBA (Barcelone), au Musée Reina Sofía (Madrid), pour le Glossaire des connaissances communes au projet European Frame L ́International, à la Galerie DAAd (Berlin), à Frame Contemporary Art Finland (Helsinki), au Dutch Art Institute (Arnhem), pour le projet Bauhaus Imaginista (Rabat), pour la série de conférences e-flux, au sein du Master en conservation à l’École des Arts visuels et ICI (New York), à l’université de Brown (Providence, USA) et à l’université de Princeton (USA), etc. Elle a été commissaire d’expositions telles que Tradition-translation à Rabat (2013), à la galerie Jaqueline Martins (2013) à São Paulo (avec des œuvres des années 1960 et 1970 de Bill Lundberg, Anna Bella Geiger & Leticia Parente), et à São Paulo à la galerie Simões de Assis sur la production de Niobe Xandó dans les années 1960 et 1970 (2019).

Publications

Iñigo Calvo, Maria (ed.), “Spain coloniality and Francoism” in Art in Translation, Université d’Édimbourg, 2020.

Iñigo Calvo, Maria (ed), “It is possible to decolonized western methodologies?”, Revisione, Université Complutense de Madrid, 2017.

Iñigo Clavo, Maria, “Traces, Signs, and Symptoms of the unstranslatable”, E-flux online Journal, New York, 2020.

Iñigo Clavo, María, “Is Brazil a postcolonial country? On the Mestizo History Exhibition”, Paragrana, Wulf, Christoph Press Freie University of Berlin, 2016.

Iñigo Clavo M. (2019) “1969–2016: Lo popular en disputa para el relato de la Guerra Fría en Brasil” en Paula Barreiro López (ed.), Atlántico frío. Historias transnacionales del arte y la política en los tiempos del telón de acero, Madrid, Brumaria, 2019, pp. 319-344.

Iñigo Clavo, Maria y Fernández López, Olga, “Transhistorical Curating and the Colonial (Dis)encounter” in The transhistorical museum: objects, narratives & temporalities, Fran Hals Museum / De Hallen Haarlem, 2018.

Iñigo Clavo, Maria, “The Museum of Popular Art, and the Attempt to Write and Art History with no Names”, Adriano Pedrosa e Instituto Cultural J. SAFRA (eds), MASP. Museu de Arte de São Paulo Assis Chateaubriand, São Paulo , Coleção museus brasileiros, Instituto Cultural J. SAFRA, 2017, pp. 35 – 45.

Publications en vedette

  • Spain coloniality and Francoism
  • It is possible to decolonized western methodologies?
  • Is Brazil a postcolonial country? On the Mestizo History Exhibition