Les expositions d’art postal en Espagne, 1973-1981

1. Présentation de l’étude de cas

La pratique de l’art postal est étroitement liée aux expériences menées dans les années 60, 70 et 80, telles que la poésie visuelle, l’art conceptuel et intermédia[1]. Cet art portable ou mobile est apparu pendant la période internationale de la guerre froide, lorsque les transports et les communications prenaient de l’ampleur. Le développement rapide de l’aviation commerciale, l’expansion de technologies telles que la télévision, le téléphone, le fax ou les ordinateurs, ainsi que le déploiement et la croissance rapides des réseaux liés à leur utilisation, introduisirent les moyens de transport et de communication dans l’imaginaire des sociétés du monde entier. Le courrier était lié aux deux réseaux – transport et communication – et était populaire, car ses coûts pouvaient être assumés par de larges secteurs de la population.

Les agents du secteur artistique étaient activement engagés dans l’art postal, qui fonctionnait par le biais de réseaux de contact, d’échange et de solidarité. Ces pratiques suscitèrent un intérêt particulier parmi les artistes ou les agents culturels qui avaient un besoin spécifique de contact avec d’autres territoires en raison de leur isolement géographique ou politique, ou en raison de l’absence d’un système artistique lié à leurs objectifs. Dans le cadre de prémisses expérimentales, processuelles et conceptuelles, les œuvres d’art furent adaptées à des formats transportables, dont une caractéristique remarquable est leur capacité à être diffusées avec des moyens limités. L’utilisation du système postal permit également aux artistes d’échapper au contrôle et à la censure de l’État.

Malgré sa situation en Europe, l’État espagnol restait en marge des relations internationales façonnées pendant la période de la guerre froide. Le type d’ouverture qui a caractérisé la dernière phase de la dictature de Franco – qui a tenté d’instrumentaliser à la fois les pratiques artistiques et les politiques culturelles – a conduit à partir de 1975 à ce que l’on appelle la “transition démocratique”. Une augmentation significative des informations provenant de l’étranger, ainsi que l’émergence d’un système artistique et d’un certain nombre d’initiatives privées, ont conduit à la consolidation des pratiques artistiques conceptuelles et expérimentales dans le pays, y compris l’art postal.

Cette étude rassemble et analyse les expositions d’art postal qui eurent lieu en Espagne entre 1973 et 1981. Elle dresse la carte de ces initiatives et tire une série de conclusions préliminaires concernant les points de contact et/ou de disjonction entre l’art postal produit en Espagne et dans d’autres territoires. Pour ce faire, elle se concentre sur les expositions. Chaque événement fonctionna  en fait comme un nœud par lequel la connectivité des réseaux relationnels fut mise en pratique, et la matérialité de l’art postal gagna en visibilité à la fois locale et internationale grâce à des expositions accessibles à un public plus large.

Cette étude part de deux constats : d’une part, malgré les diverses tentatives d’examen du phénomène de l’art postal en Espagne, aucune étude complète – en particuler sur les expositions d’art postal – n’a été réalisée[2]. D’autre part, le manque d’informations concernant ces pratiques pourrait laisser entendre qu’elles ont été peu significatives. 

Cependant, l’examen et l’analyse comparative des sources ont révélé en fait que cette idée – les pratiques de l’art postal en Espagne semblant moins importantes – est surtout due à l’absence d’une étude plus complète. Sur la période de huit ans analysée dans cette étude, nous avons identifié quatorze expositions, ainsi que d’autres types d’initiatives ou de processus tels que des publications, des éditions d’artistes, des œuvres d’art réalisées à l’aide de la connectivité des réseaux d’art postal, etc.

La première exposition consacrée à l’art postal en Espagne a eu lieu en 1973 à l’Escola Eina (école Eina) de Barcelone, sous le titre “Tramesa postal” (“Distribution du courrier”). Depuis lors, le nombre de manifestations consacrées à l’art postal augmenta progressivement. En 1981, en pleine période de “Transition”, cinq expositions furent organisées, ce qui semble confirmer la consolidation d’un réseau local d’artistes du courrier connecté à l’échelle internationale. Au cours des années 80, et surtout vers la fin de cette décennie, les initiatives se sont multipliées. Dans son livre Mail Art – The Eternal Network, Pere Sousa identifie sept initiatives en 1987, quatre en 1988 et onze en 1989. Cependant, notre étude se concentre sur la première période des expositions d’art postal en Espagne (1973-1981), laissant à l’étude du phénomène dans son ensemble le soin de poursuivre les recherches.

Ill.1. chronologie des expositions d’art postal en Espagne entre 1973 et 1981.

Outre l’identification et le positionnement des expositions d’art postal sur le territoire espagnol entre 1973 et 1981, nous avons analysé de plus près la participation des artistes à quatre événements significatifs : “Tramesa postal” à l’Escola Eina (Barcelone, 1973), “Libros y no libros de allá” à la Galeria Ámbito (Madrid, 1979), “Tramesa postal / Mail Art Exhibition” à Metrònom (Barcelone, 1980), et “Envia’ns el teu joc” à la Galeria Canaleta (Figueres, 1981). Notre intention était de :

– Créer une liste complète des expositions et l’intégrer à la base de données de MoDe(s)

– Insérer dans la base de données les noms des participants aux quatre cas d’expositions significatifs

– Exporter les données de la base de données et les transformer en visualisations

Ces visualisations nous permettraient de :

Explorer les différentes connexions entre les expositions au moyen de diagrammes, de tableaux et de chronologies, afin de confirmer l’émergence en Espagne d’un noyau articulé d’agents liés à ces pratiques.

Analyser, à l’aide de diagrammes et de cartes, les connexions entre le milieu de l’art postal en Espagne et les réseaux internationaux.

2. Méthodologie et collecte de données  

Afin de recueillir des informations pour cette étude, nous avons commencé par la compilation de Pere Sousa dans son article “Cronología del arte postal en España 1973-1999”, publié dans Mail Art. La red eterna[3]. Dans cet article, Sousa rapporte jusqu’à neuf expositions entre 1973 et 1981, un chiffre qui apparaît également dans différentes travaux réalisés dans le domaine universitaire espagnol au cours des dernières années[4]. Pour vérifier l’existence d’autres expositions, nous nous sommes appuyés sur des archives internationales et leurs plateformes en ligne, comme les archives d’art postal de Lomholt au Danemark et le centre de recherche sur l’art d’Artpool en Hongrie. Le premier nous a fourni une référence à une exposition d’art postal organisée en 1981 à Madrid par l’artiste Santiago Mercado[5]. Grâce à la seconde, nous avons retrouvé la trace d’une exposition organisée par Pedro Bericat à l’Escuela social (École sociale de Saragosse) en août 1975[6], ainsi que “Arte Postal Verano”, qui s’est tenue dans la galerie du café “O Patacón” à La Corogne, en 1981[7]. La recherche fut complétée par des visites d’archives dans différentes institutions artistiques de Barcelone (MACBA, Fundació Miró, Escola Eina). Elles confirmèrent que l’exposition “Tramesa postal” de l’Escola Eina (1973) fut présentée à nouveau quelques mois plus tard à la Sala Vinçon de Barcelone, dans le cadre du Congrès mondial sur la communication qui s’est tenu dans cette ville ; quant à l'”Exposició de Tramesa Postal / Mail Art Exhibition” tenue à la Sala Metrònom en 1980, elle fut reconstituée quelques mois plus tard à l’Aula de Cultura Elcano de Bilbao, en 1981. Nos recherches ont donc abouti à l’identification de cinq nouveaux événements, en plus des neuf déjà connus, pour un total de quatorze expositions d’art postal.

Ill. 2. Tableau avec une exposition d’art postal en Espagne entre 1973 et 1981.

Après cette première phase d’identification des expositions, nous avons procédé à l’insertion de leurs données dans la base de données relationnelle de projet MoDe. Nous avons inclus des informations de base – lieu, date, titre, organisateurs – pour chacun des quatorze cas ; dans le cas des quatre études de cas, profitant du fait que nous disposions de la liste complète des participants, nous avons enregistré tous leurs noms, ainsi que leur lieu d’origine – leur lieu de naissance ou, en cas d’impossibilité de l’obtenir, leur lieu de résidence connu – et leur sexe. Cela ouvrit la possibilité de recouper les informations relatives aux quatre expositions et, de plus, d’examiner les éventuelles intersections avec d’autres événements culturels et études de cas précédemment enregistrés dans la base de données de MoDe(s). Le résultat fut un bilan quantitatif exhaustif qui, bien qu’il ne couvre pas tous les participants des quatorze cas étudiés, permet d’articuler une série d’observations sur l’expansion de l’art postal en Espagne, ainsi que sur sa portée au niveau national et international. Le nombre de participants inscrits s’élève à 874 ; certains ont participé à un, deux, voire trois des quatre événements mis à l’étude. Parmi eux, 160 ont participé à deux ou plusieurs expositions. L’observation de ce phénomène nous permet de tirer une série de conclusions préliminaires.

Répartition géographique des participants dans les expositions d’art par correspondance en Espagne entre 1973 et 1981.

Il. 3. Répartition géographique des participants aux expositions d’art postal en Espagne entre 1973 et 1981.
Il. 4. Tableau de 160 artistes ayant participé à plus d’une des quatre expositions d’art postal analysées.
Ill. 5. Tableau et graphiques circulaires avec la répartition par sexe des participants aux quatre expositions.

3. Conclusions et questions préliminaires

L’enregistrement, l’organisation et la visualisation des informations par le biais de la base de données de MoDe(s) nous  permirent de réaliser une première analyse quantitative du phénomène de l’art postal en Espagne. La combinaison de ces méthodologies d’étude quantitative et d’analyse qualitative habituelles en historiographie de l’art rendit possible l’articulation d’une première analyse, ainsi qu’une série de conclusions préliminaires concernant le phénomène de l’art postal en Espagne, en tenant compte de sa dimension spatiale.

Tout d’abord, cette étude situe l’Espagne sur la carte mondiale des activités d’art postal développées dans les années 70 et 80, en soulignant l’existence de réseaux de collaboration et d’échange opérant à la fois en Espagne et au niveau transnational. Ce faisant, il est possible de remettre en question le récit historique d’une scène artistique expérimentale espagnole qui est généralement décrite comme fermée, isolée, avec peu de communication vers et depuis l’extérieur. Si des études antérieures, principalement liées aux conceptualismes, nuançaient déjà cette vision monolithique, le rôle de l’art postal dans ces processus de connexion avec d’autres pratiques et contextes expérimentaux mérite encore une attention particulière. En tenant compte de tout cela, nous pouvons soulever une série de questions ouvertes : Y a-t-il une relation entre le développement des pratiques de l’art postal et les pratiques conceptuelles en Espagne ? Quelles sont les caractéristiques de l’art postal, et lesquelles facilitèrent les croisements avec d’autres disciplines artistiques et leurs agents ? Est-il possible de dresser un profil des artistes espagnols impliqués dans ces pratiques et de le comparer avec le profil des artistes d’autres pays ? Dans quelle mesure la situation politique et sociale espagnole se reflète-t-elle dans les projets d’art postal, et établit-elle un dialogue avec la production d’autres espaces sociaux et géographiques ?

L’étude de l’art postal nous permet de mettre en évidence un ensemble de pratiques socioculturelles, avec leurs agents et leurs productions, qui sont passées inaperçues jusqu’à récemment. Cette invisibilité peut être attribuée à deux facteurs : d’une part, la nature très informelle de l’art postal, qui, selon la terminologie communément utilisée dans l’historiographie des conceptualismes, peut être décrit comme dématérialisé[8] ou non-objectuel[9] ; sa position extra-institutionnelle maintenait l’art postal en marge des institutions artistiques qui permettent et accordent la reconnaissance dans le domaine de l’art. En ce sens, ce travail vise à compléter les études mentionnées ci-dessus sur l’art postal[10], ainsi que d’autres initiatives récentes, notamment des expositions, qui réaffirmèrent directement ou indirectement l’importance de ces pratiques dans le contexte de la scène artistique espagnole[11]. Le caractère inclusif des expositions d’art postal – placées sous la devise caractéristique “pas de jury, pas de retour” – permit d’inclure des agents qui opéraient en dehors des circuits artistiques et institutionnels, qu’il s’agisse de musées, de galeries, d’écoles ou d’universités. Comme leurs activités ont jusqu’à présent été à peine remarquées par les historiens de l’art, les examiner sous l’angle de l’art postal offre une opportunité de le faire.

Les données complètes des quatre présentations permettent également d’analyser la participation dans une perspective de genre. La participation masculine est prédominante, avec un pourcentage moyen de 79,18%, tandis que les femmes représentent 16,82%, et les groupes ou participants dont le sexe n’a pu être identifié représentent 4% (précisons qu’une partie d’entre eux étaient des groupes ou des collectifs). De même, si nous examinons la répartition des sexes dans chacune des quatre études de cas, nous constatons que l’exposition qui a connu la plus forte participation féminine est “Tramesa postal” (1973) à l’Escola Eina. Bien que le nombre de cas ne soit pas très représentatif au regard des normes statistiques, leur observation suggère que la visibilité des femmes par l’art postal ne s’est pas améliorée au fil des ans. Il convient de souligner que ces chiffres correspondent, par exemple, à la présence actuelle de femmes artistes dans les musées espagnols[12].

Enfin, un autre aspect intéressant dans l’étude de l’art postal est l’implication des artistes locaux, et ses conséquences. En examinant ce phénomène, il est nécessaire de prendre en compte non seulement l’échelle nationale, mais aussi les différences entre les régions et les villes au sein du territoire national. Une étape ultérieure consisterait à comparer la distribution spatiale des expositions d’art postal avec l’origine de leurs participants et leurs trajectoires personnelles au-delà des expositions. Ce troisième point ne fut pas réalisé dans cette étude ; cependant, nous pouvons déduire des quatre cas analysés que l’art postal semble remettre en question la centralité des capitales et des régions habituellement considérées comme des centres de production artistique et culturelle. À côté des pôles de Madrid et de Barcelone, des villes comme Saragosse, Ségovie, Figueres, La Corogne, Bilbao et Pampelune se mettent en avant. Au niveau international, on peut noter les propositions envoyées d’Europe de l’Est et d’Amérique latine et, dans une moindre mesure, d’Australie et d’Asie.

De cette manière, l’art postal a contribué à une nouvelle hiérarchisation spatiale, en articulant une géographie de lieux mineurs qui acquièrent de l’importance en tant que points d’origine des contributions, opérant une vision horizontale de la conception du champ transnational de l’art expérimental. Néanmoins, il convient de préciser que dans cette étude, cette opération de décentralisation visuelle reste circonscrite à l’exposition elle-même et à la diffusion des objets postaux. En effet, il n’a pas été tenu compte des échanges – professionnels, amicaux, personnels – entre deux agents, autre aspect essentiel de l’art postal. À cet égard, il est important de souligner qu’il n’existe actuellement en Espagne aucune archive ouvertement consacrée à l’art postal, comme les archives d’art postal de Lomholt ou le centre de recherche sur l’art d’Artpool, qui faciliterait une étude approfondie de cette communication entre pairs[13].

* Traduction française de Amandine Martin.

4. Bibliographie

Livres

Pilar Parcerisas, Conceptualismo(s) poéticos, políticos y periféricos. En torno al arte conceptual en España, 1964–1980. Madrid: Akal, 2007.

Pere Sousa, Mail Art. La red eterna. P.O. Box, 2010.

Articles

Gloria Picazo, “Prólog/Introduction”, in Tramesa Postal/Mail Art, exh. cat., Barcelona: Metrònom, 1980, n.p.

Pour plus d’informations

Jean-Marc Poinsot, Mail art, Communication à distance. Paris: CEDIC, 1971.

Hervé Fischer, “Diffusions de masse et Communications marginales”, in Art et Communications marginale. Paris: Balland, 1974, pp. 5-18.

Fabiana Pianowski, “The Net Out of Control: Mail Art in Latin-America.” Published by Lomholt Mail Art Archive, n.d. Online in: <http://www.lomholtmailartarchive.dk/texts/fabiane-pianowski-the-net-out-of-control-mail-art-in-latin-america>

Kornelia von Berswordt-Wallrabe, Guy Schraenen and Kornelia Röder (eds.), Mail Art Osteuropa im internationalen Netzwerk, exh. cat., Schwerin: Staatliches Museum Schwerin, 1996.

Catalogues

Llibres d’Artista/Atist’s Books, exh. cat., Barcelona: Metrònom, 1981.

Mail Art, exh. cat., Bilbao: Aula de cultura Elcano, 1981.

Arte postal. Verano 1981, exh. cat., La Coruña: Galeria Bar O’Patacón, 1981.

Envia’ns el teu joc, exh. cat., Figueres: Galeria Canaleta, 1981. Poster.

Objetos. Muestra internacional, exh. cat., Madrid: Galería Ámbito y Atelier Bonanova, 1980.

Tramesa Postal/Mail Art, exh. cat., Barcelona: Metrònom, 1980.

Libros y no libros de allá. Experimentales y marginados, exh. cat., Madrid: Galería Ámbito and Atelier Bonanova, 1979.

Negro sobre blanco, exh. cat., Segovia, Madrid: La Casa del Siglo XV y Atelier Bonanova, 1978.

Archives

Escola Eina (Barcelone)

Artpool Art Research Center (Budapest, Hongrie / ressources en ligne)

Centro de Documentación, MACBA (Barcelone)

Fundación Mirò (Barcelone)

Lomholt Mail Art Archive (Danemark / ressources en ligne)


Notes

[1]  Higgins, Dick. Intermedia. The Something Else Newsletter, vol. 1, no. 1, febrruary 1966.

[2]  Pilar Parcerisas in Conceptualismo(s) poéticos, políticos y periféricos. En torno al arte conceptual en España, 1964–1980. Madrid, Akal, 2007; Pere Sousa in Mail Art. La red eterna. P.O. Box, 2010 ; Irene Covaleda Vicente, En el Umbral del Mail Art a través de la mirada de Michael Haneke en Caché (2005) (doctoral thesis); Irene Covaleda Vicente, Fermer la porte. Ouvrir la carte postale. Propuesta creativa en torno al Mail Art (MA thesis); Isabel Lázaro, Evolución del Mail Art en España (MA thesis).

[3]  Cet article fut écrit par Pere Sousa lui-même pour le magazine P.O. BOX, dont il était le rédacteur en chef entre 1994 et 1999.

[4] Voir note 2

[5]  http://lomholtmailartarchive.dk/location/madrid/1981-03-03-mercado

[6] http://www.artpool.hu/MailArt/chrono/1975/Escuela.html

[7]  http://www.artpool.hu/MailArt/chrono/1981.html

[8]  Lippard and Chandler, “The Dematerialization of Art”, Art International, 12:2, February 1968, pp. 31–36.

[9]  Ce concept fut développé par le théoricien de l’art Juan Acha, voir: Juan Acha, Arte y sociedad. Latinoamérica: El producto artístico y su estructura. México: Fondo de Cultura Económica, 1981.

[10]  Voir note 2

[11]  “Ulises Carrión. Querido Lector. No Lea”, MNCARS, Madrid, 2016; “Muestreo#2. This is Mail Art”, exhibition, CEDOC, MACBA, Barcelona, 2017-2018.

[12] https://eprints.ucm.es/45332/1/2016_Pol%C3%ADtica%20y%20Sociedad_Ballesteros.pdf.

[13]             Les archives Lafuente (Santander et Madrid) comprennent des documents d’Ulises Carrión et des livres d’artistes, ainsi que des œuvres et de la correspondance d’artistes espagnols qui ont participé au réseau d’art postal. Cependant, les archives ne sont pas ouvertes aux chercheurs individuels mais collaborent uniquement avec des institutions. En outre, ses collections ne se concentrent pas exclusivement sur l’art postal.